Escape GameBlogRéalité Virtuelle[TEST] Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid, la VR qui donne le vertige

[TEST] Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid, la VR qui donne le vertige

« Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid » est un jeu collaboratif en réalité virtuelle créé par Blue Byte, le studio d’Ubisoft. Il propulse les joueurs dans l’univers de la célèbre licence Assassin’s Creed – elle-même développée par Ubisoft –, et plus précisément dans un opus sorti en 2017 : « Assassin’s Creed Origins ».

« Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid » est aujourd’hui jouable un peu partout en France et dans le monde, notamment au sein d’enseignes d’escape game : à Game of Room à Lyon, à 1909 Escape Game à Saint-Étienne, à Prizoners Grenoble, Prizoners Montpellier et Prizoners La Réunion, à Escape You à Anglet, ou encore à Enigmatic Labège, près de Toulouse.

Cette aventure est aussi disponible dans pas mal d’établissements dédiés à la VR, parmi lesquels Illucity, dans le 19e arrondissement de Paris, où nous l’avons testé. Dans ce complexe de 1000 m² installé sur le parvis de la Cité des sciences, une multitude d’expériences vous attendent : jeux solo ou multijoueurs, jeux d’arcade ou collaboratifs, films en réalité virtuelle… Il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez notamment y découvrir l’excellent jeu « Eclipse » ainsi que celui d’Incarna, auxquels nous avons déjà consacré des articles.

Équipement et dispositif

  • « Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid » est jouable en équipe de 2 ou 4 uniquement. Chaque joueur évolue dans un box individuel de 9 m².
  • Le jeu dure 35 à 45 minutes selon les établissements.
  • Vous serez muni d’un micro permettant de communiquer avec vos équipiers, d’un casque de réalité virtuelle HTC Vive et de deux manettes connectées. Vous ne devrez utiliser qu’une seule commande pendant le jeu : les gâchettes. La prise en main est ainsi rapide et intuitive.
  • Vous ne porterez pas de backpack sur le dos, il n’est malheureusement donc pas à exclure que les câbles qui alimentent votre machine vous gênent un peu par moments.

Le scénario

« Février 1928. Une équipe d’expédition menée par Sir Beldon Frye disparaît quelque part au sein de la péninsule Sinai. Une équipe de quatre explorateurs et une douzaine de porteurs locaux étaient à la recherche de la pyramide perdue de Nebka, ou plus précisément de quelque chose qui aurait dû être là. Ils n’ont plus jamais été revus. En utilisant la simulation reconstruite à partir de leur mémoire ADN, votre équipe se mettra dans la peau des explorateurs. Découvrez ce qui est arrivé à l’expédition. Et plus important encore : localisez et découvrez ce qu’ils cherchaient. »

« Escape the Lost Pyramid » est-il un escape game ?

Comme toujours lorsque nous testons une aventure en VR, la question se pose. Ce jeu est régulièrement cité comme un escape game car il en reprend certain codes : la coopération entre équipiers, l’interaction avec des objets et le décor, la présence de quelques énigmes. Pour autant, Escape Game Paris ne le référence pas comme un jeu d’évasion : il ne nous a pas donné la sensation d’être projeté dans une room mais plutôt de contrôler un avatar dans un jeu vidéo. Pourquoi ? Principalement à cause de la gestion du déplacement.
Dans « Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid », vous utiliserez plus souvent le déplacement par téléportation (cliquer sur un endroit pour s’y téléporter) que le déplacement classique (marcher jusqu’à un endroit), ce qui éloigne de toute sensation réaliste. L’espace de jeu in real life n’épouse pas l’espace de jeu virtuel, il est donc possible que les murs de votre box s’intercalent entre vous et un élément que vous aurez paradoxalement la sensation de pouvoir atteindre en quelques pas. Vous n’aurez alors pas d’autre choix que de vous téléporter, gâchant le plaisir d’évoluer physiquement au sein du décor. Concrètement, il est tout à fait possible de terminer le jeu sans faire un seul pas, ce qui est aux antipodes du principe de l’escape game.

Vertige et sensations fortes

Mais escape game ou pas, peu importe finalement : le jeu vaut surtout pour ses décors majestueux et pour son impressionnante immersion. Les graphismes sont très réussis, on s’attend à croiser Indiana Jones ou Lara Croft à tout moment ! Le gros point fort de cette expérience – et c’est en cela qu’elle se démarque des autres –, c’est que vous ne vous contenterez pas d’explorer la pyramide sur un plan horizontal. Cette aventure se montre fidèle au gameplay d’« Assassin’s Creed » et de son personnage d’habile grimpeur : vous vivrez de mémorables moments qui vous donneront le vertige… littéralement.
C’est ainsi que, alors que nous jouions dans un sous-sol de la Villette, dans un box vide de 9 m², une de nos équipières s’est mise à rire en hurlant « J’ai trop peur du viiiiide aaaaaah », tandis qu’un autre commençait à paniquer : « Oh merde, moi aussi je vais devoir faire ça ?! » Puis, quelques secondes plus tard : « J’ai les jambes qui tremblent, c’est impressionnant. » Magie de la réalité virtuelle.

Plateformes en mouvement qui provoquent le besoin de se cramponner, peur de chuter dans le vide après avoir fait un pas de trop, crainte que les murs qui foncent droit sur nous ne s’arrêtent pas à temps… Aucun autre jeu collaboratif en VR ne nous avait procuré de telles sensations. Rien que pour vivre cela, « Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid » vaut le détour.

Des énigmes typiques des jeux collaboratifs en VR

Les énigmes que vous devrez résoudre sont typiques des jeux collaboratifs en VR et accessibles à tous. Pas de casse-têtes de logique, pas de calculs, mais de l’observation, de la coordination et un peu d’adresse. Vous n’êtes pas là pour réfléchir, plutôt pour manipuler, activer, lancer, grimper, viser… Ce qui fait justement tout l’intérêt du jeu, c’est que quasiment aucune de ses énigmes ne seraient réalisables dans la vraie vie.

Deux détails nous ont un peu dérangés :

  • Si vous jouez à quatre, veillez à former des binômes équilibrées : en effet, pendant la majeure partie du jeu, votre équipe sera scindée en deux groupes qui avanceront parallèlement. Si un des groupes est nettement plus fort que l’autre, il risque de passer beaucoup de temps à attendre. Il est d’ailleurs dommage que les joueurs ne collaborent principalement qu’en binôme : vous entendrez la seconde team surmonter les mêmes obstacles que vous, mais vous n’interagirez – ni même ne les verrez – pas souvent.
  • Enfin, une importante réverbération se fait entendre à chaque fois qu’un joueur prend la parole. Logique qu’il y ait beaucoup d’écho dans une pyramide, nous direz-vous ! Certes, mais cela peut rapidement devenir pénible, or le jeu repose avant tout sur la communication entre équipiers.

« Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid » propose un système d’indice original. Si vous ne savez plus comment avancer, levez les bras au ciel et l’élément sur lequel vous devez vous concentrer sera mis en évidence. Votre game master pourra aussi vous donner un indice vocal à trois reprises si vous le demandez.

Une fois lancé dans la pyramide de Nebka, vous ne saurez pas s’il vous reste encore 25 minutes ou plutôt 3 minutes pour accomplir votre mission. Dans le scénario imaginé par Ubisoft, on ne trouve d’ailleurs aucune justification à la limite de temps imposée par les exploitants du jeu.

Vous êtes prêt à ressentir quelques sensations ? Vous voulez surmonter votre peur du vide tout en ayant les deux pieds sur terre ? Vous savez désormais quoi faire !

« Assassin’s Creed : Escape the Lost Pyramid », disponible à Illucity Paris (et dans beaucoup d’autres villes dont vous pouvez trouver la liste ici).
32, avenue Corentin Cariou, 19e arrondissement. Dès 11 ans. À partir de 24,90€ par joueur.

Regardez le teaser vidéo du jeu :

Informations et réservations