Escape GameLa DéfenseTeam BreakSpace Adventure

Space Adventure

35% Fouille
30% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Niveau
    Expert
  • Immersion
    Assez bien
  • Prix
    19 - 28€/joueur
  • Nombre de joueurs
    4 à 24 joueurs (sur 2 salles)

Depuis février 2016, l’enseigne du 9e arrondissement parisien Team Break accueille également les fans d’escape game franciliens au CNIT, à La Défense : cinq scénarios vous y attendent, cinq missions plus ou moins inspirées de films ou de séries télé (« chut chut, pas de marque ») : vous pourrez essayer de vous évader de « Prison Break », vous asseoir sur les bancs de la « Magic School », affronter la « Mission Alien », explorer la « Jurassik Room », ou encore vous lancer dans une « Space Adventure ».

« Space Adventure » ce sera, dans cette mission nous nous lançons, sabre laser fixé à la ceinture nous nous présentons. Notre game master nous accueille et nous fournit des gilets très « G.I. Joe », qu’il nous conseille d’enfiler. Ils ne sont pas pare-balles, on a intérêt à assurer… Le jeu va démarrer, nous entrons à l’intérieur d’un vaisseau spatial aux côtés de notre agent de liaison, qui nous briefe sur la mission du jour.

Le scénario

« Nos espions ont découvert que l’empereur Pedro avait construit une arme de la taille d’une planète à la puissance de feu démentielle. Rejoignez la résistance, embarquez-vous pour les étoiles, et neutralisez la planète arme de Pedro avant qu’il ne fasse feu sur la Terre ! »

Notre agent de liaison nous confie qu’il a le mal de l’air et qu’il préfère s’abstenir de tout voyage spatial… Le voilà qui sort du vaisseau et referme la porte derrière lui. Il restera en contact avec notre équipe pendant toute l’heure et tentera de nous aider s’il en a la possibilité. Nous sommes seuls, à nous d’agir !

Nous observons le décor pendant quelques secondes avant de nous mettre en action, et sommes un peu déçus. Le plafond technique, assez bas et constitué de dalles blanches, nous saute aux yeux, atténuant fortement l’immersion. Notre vaisseau n’est plus de première jeunesse, son habitacle a semble-t-il vécu quelques batailles… Çà et là dans la pièce, des câbles apparents dépassent… Nous avons du mal à nous croire à bord d’une navette spatiale, même si nous distinguons bien un poste de commande et son tableau de bord, pas de doute à ce sujet. Nous sommes en tout cas loin des photos que l’enseigne met en avant sur son site. Les décors seront heureusement un peu plus convaincants par la suite.

Un game design qui manque de justesse

Le début du jeu est plaisant, même si l’une d’entre nous se voit attribuer un poste peu enviable car pas très amusant – poste auquel nous décidons donc de nous relayer. Nous avons apprécié ce début d’aventure, construit autour de quelques manipulations et qui exige une fouille méticuleuse de la room.

Vingt minutes ont passé… Alors que nous avons progressé dans l’histoire et que nous évoluons maintenant dans un décor qui, même s’il n’est pas parfait, est agréable – vous noterez sans doute un clin d’œil à « Star Wars » ! –, l’aventure prend une toute autre tournure : certains éléments, qui étaient utiles dans une version précédente du jeu mais ne le sont plus désormais, apportent de la confusion ; et des « accessoires » déréglés ou cassés brouillent nos raisonnements. Plus globalement, il nous semble qu’il manque des liens logiques entre les différents éléments qui composent les énigmes, ce qui rend parfois impossible leur résolution : l’intention est souvent bonne, mais la réalisation manque de justesse.

Ce flou s’installe durablement, jusqu’à l’énigme finale, un casse-tête qui nécessite de combiner cinq éléments distincts, et qui est selon nous très difficilement intelligible sans l’aide du game master.

15 % de réussite

Notre équipe était composée de quatre personnes, le nombre minimum requis pour cette mission. « Space Adventure », comme toutes les rooms du complexe de La Défense, peut accueillir jusqu’à douze agents secrets par salle. L’espace à parcourir est certes assez grand, mais les énigmes peu nombreuses, et nous avons donc du mal à imaginer comment douze joueurs peuvent évoluer en même temps sans qu’une partie du groupe soit réduit au rang de spectateur. D’autant que le parcours est très linéaire et que le jeu ne se prête pas particulièrement à un partage des tâches.

Selon Team Break, seules 15% des équipes réussissent à neutraliser la planète arme de Pedro en moins d’une heure… Avide de challenge ? Cette aventure spatiale vous attend au CNIT de La Défense !