Escape GameMarseilleExitGameSaw

Saw

25% Fouille
40% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Horreur | Paranormal
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    19 - 24€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 12 joueurs (sur 2 salles)

ExitGame a ouvert en septembre 2015 à un quart d’heure à pied de la gare Saint-Charles, à quatre minutes de l’arrêt de tram Réformés-Canebière, dans le centre de Marseille. Cette enseigne propose quatre grands classiques de l’escape game : un tombeau égyptien, une prison, un laboratoire… et un scénario serial-killer.

Pour ce dernier, ExitGame s’est très largement inspiré de la série de films d’horreur psychologique « Saw », qui donne son nom à la room. Vous n’en saurez pas plus sur l’enjeu de votre séquestration avant de découvrir la salle, où une vidéo vous expliquera dans quelle galère vous venez de vous fourrer… Le compte à rebours pourra alors commencer.

Le scénario

« Plongez dans l’univers terrifiant du plus cruel des tueurs en série. Pris au piège dans l’antre du mal, vous disposez d’un temps limité pour prouver à Jigsaw que vous méritez de vivre. Il vous a préparé ce qu’il y a de pire pour tester votre abnégation et votre volonté. Ses machines sont sans pitié avec ceux qui hésiteront trop. Mais quels sacrifices aurez-vous à faire pour sortir en un seul morceau ? »

Le scénario de « Saw » est donc assez simple et efficace : un tueur en série vous met au défi, votre objectif sera de surmonter ses pièges afin d’en sortir vivant. Les décors sont dans cette lignée, tout aussi simples, efficaces et cohérents : les lieux sont sombres, dans leur jus… Vous évoluerez dans une cave bétonnée assez vide, très creepy, et remarquerez forcément quelques allusions directes aux longs-métrages « Saw »… Les plus grandes équipes seront à l’étroit durant la première partie du jeu, avant de trouver un peu plus d’espace par la suite. Une bande-son est présente, elle intensifie l’atmosphère et favorise l’immersion, qui est globalement bonne.

Un fil rouge et un élément perturbateur

Le jeu est construit autour d’un fil rouge intégré au scénario, ce qui le rend assez dynamique. Il n’est pas toujours linéaire, si bien que de petits sous-groupes pourront se former et se répartir les tâches. Un autre fil rouge existe, qui lui pourra diviser l’opinion de l’équipe à cause de son côté répétitif : il s’agit d’une sorte d’élément perturbateur qui pourra, selon la personnalité des joueurs, agacer ou au contraire amuser. On peut dans tous les cas en retenir un point positif : chaque membre de la team aura ainsi l’occasion de manipuler l’élément qui est au centre de cette énigme.

Si vous êtes allergique à la fouille, « Saw » pourra être une bonne option car cet escape game n’en compte pas beaucoup. Les manipulations, en revanche, occupent une place prépondérante, même si elles sont la plupart du temps assez basiques, à deux exceptions près :

  • L’une d’elles est originale, amusante et collaborative, elle mettra votre réactivité à l’épreuve et la poussera au maximum de ses capacités.
  • Une autre, collaborative elle aussi, fera appel à votre dextérité et pourra être assez laborieuse si votre équipe ne compte pas au moins deux personnes patientes et précises dans leurs gestes. Le game master sera malheureusement incapable de vous aider, sauf à intervenir directement dans la salle. Nous émettons toujours une réserve sur ce genre d’énigmes.

Une énigme exigeant de la culture générale

Le deuxième casse-tête sur lequel nous tenons à émettre une réserve est une énigme de réflexion qui nécessite un minimum de culture générale, sans quoi vous tâtonnerez forcément un peu.

Le game master communiquera avec votre équipe par le biais d’un écran dans la salle. Ce n’est pas le serial-killer qui vous viendra en aide, jouant au marionnettiste avec ses cobayes, mais un maître du jeu extérieur à l’histoire. Dommage, intégrer le système de game mastering au scénario aurait facilement pu ajouter un petit plus à la room.