Escape GameParisGamescapeGentleman cambrioleur

Gentleman cambrioleur
84% satisfaction

30% Fouille
35% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Cambriolage
  • Niveau
    Difficile
  • Immersion
    👏 Excellent
  • Prix
    19 - 29€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 5 joueurs

Ouvert depuis l’été 2014 dans le 11e arrondissement, entre République et Goncourt, Gamescape a été parmi les premières enseignes d’escape game à éclore à Paris. « Nos escape rooms sont inspirées des légendes urbaines de la capitale », peut-on lire sur le site de l’établissement. Ses salles abordent en effet des thèmes liés à l’histoire parisienne : vous pourrez y passer un entretien avec Gustave Eiffel ou encore vous évader du cachot de la Bastille. Depuis octobre 2018, la troisième room, « Le défi de l’alchimiste », a laissé sa place à « Gentleman cambrioleur », un nom qui fait référence à Arsène Lupin. Imaginé par Maurice Leblanc au début du XXe siècle, ce personnage de roman s’est rendu célèbre en usant de multiples identités et déguisements afin de commettre des délits…

Nous entrons à Gamescape, où nous sommes accueillis dans un petit hall : aucune place pour s’asseoir, attendez-vous donc à être briefés debout. Mais qu’à cela ne tienne, l’enseigne compense en servant de l’eau dans des flûtes à champagne, ce qui fait tout de suite gagner en prestance. Aidés par le flot de joueurs spécialement apprêtés pour leur mission, nous avons presque l’impression d’être les invités d’une soirée mondaine. Soirée mondaine au cours de laquelle nous rencontrons un personnage, une mystérieuse femme qui nous propose un deal…

Le scénario

« Paris, début du XXe siècle. Tenter de cambrioler le plus talentueux des escrocs français ne sera pas une mince affaire, mais la récompense que vous a promis la comtesse de Cagliostro est à la hauteur de la tâche. Si vous réussissez à lui ramener une simple lettre que lui a dérobé Arsène Lupin, vous toucherez une part du trésor des rois de France. Cette aventure vous entraînera bien plus loin que vous ne l’imaginiez ! »

Afin de passer inaperçu, nous nous équipons de vestons, chapeaux et cannes du plus bel effet. Nous poussons la porte et nous retrouvons immédiatement propulsés au début du siècle dernier.

« Gentleman cambrioleur » est un très bon escape game car…

  • La salle repose sur une idée globale originale : lorsqu’on vous parlera d’un coffre à hacker, croquis explicatifs à l’appui, vous serez loin d’imaginer ça…
  • Ses décors sont certes simples, mais très beaux et élégants jusque dans les moindres détails. Ils sont bardés de mécanismes parfaitement dissimulés, dont un qui vous sera dévoilé grâce à un inattendu « effet wahou ».
  • Ses mécanismes ont tous du cachet, ils sont solides et agréables à manipuler. L’un d’eux, assez imposant, reproduit une action typique d’une mission cambriolage. Il est intuitif, ludique, amusant et original, tout ce qu’on aime ! À noter que l’escape game de Gamescape ne compte aucun cadenas.
  • Les énigmes sont globalement intégrées au scénario et crédibles. Dans l’appartement hyper sécurisé du malicieux Arsène Lupin, nous pourrions tout à fait avoir à surmonter ce genre d’épreuves. La présence de nombreux éléments fonctionnant grâce à l’électricité est elle-même justifiée de manière maline.

Mais « Gentleman cambrioleur » compte aussi des défauts :

  • Son espace de jeu n’est pas très grand. Ainsi, si l’on s’en tenait à ce seul critère, on vous conseillerait de former une équipe de trois cambrioleurs. Mais…
  • … à trois joueurs, une étape du jeu pourra être très chronophage et difficile. Chaque membre de l’équipe devra être au top de sa concentration : aucun droit à l’erreur, aucune seconde de répit ! Cette pression et ce stress pourront plaire à certains, quand d’autres trouveront ce passage punitif : si vous ne parvenez pas à surmonter cette épreuve, le jeu se transformera en un éternel recommencement, il deviendra très répétitif et ne sera plus amusant. Plus vous serez nombreux, plus cet obstacle sera facile à effacer.
  • Une énigme pourra être rébarbative : elle est basée sur un tiers de logique, un tiers d’intuition et un tiers de chance. Le cerveau qui la prendra en charge sera obligé de tâtonner pour la résoudre – le nôtre ressemblait un peu à ça lorsqu’il était penché sur ce casse-tête –, ce qui pourra durer plusieurs minutes. Or, il est possible que les autres joueurs ne trouvent rien d’autre à faire à ce moment de la partie.
  • Deux autres énigmes sont selon nous un peu scolaires et pas très originales, même si la manière dont elle sont amenées aide à mieux les faire passer.

La fin du jeu présente une originalité appréciable. On aime découvrir ce genre de parti pris dans les escape games car il renforce l’idée que les joueurs sont acteurs de leur aventure. On a cependant le sentiment qu’il aurait pu être mieux exploité et mis en valeur.

« Gentleman cambrioleur » est une salle aux proportions de fouille, de réflexion et de manipulations assez équilibrées et au jeu très bien ficelé, si l’on exclut les quelques défauts mentionnés plus haut. Ses énigmes sont peu nombreuses mais globalement difficiles, cette room est donc adaptée à celles et ceux qui recherchent un challenge, à qui l’on conseille de jouer en équipe de trois.

En revanche, on ne la conseille pas forcément à celles et ceux qui ne souhaitent pas se creuser les méninges et qui voient avant tout dans l’escape game un moyen de s’amuser, se détendre et se marrer. Vous voilà prévenu : vous n’aurez pas le temps de niaiser chez Arsène Lupin !