Thème
Fantastique | Magie
Niveau
Intermédiaire
Immersion
Assez bien
Prix
22 à 33€/joueur
Nombre de joueurs
3 à 6 joueurs
40 %
Fouille
30 %
Manipulation
30 %
Réflexion

Depuis décembre 2019, le plus célèbre des vampires s’est réfugié à HintHunt, dans le 3e arrondissement de Paris, à l’endroit même où, six ans auparavant, était né le tout premier escape game de France, « Le bureau de James Murdock » !

Cette fois, il n’est pas question d’investiguer sur un quelconque meurtre mais plutôt d’infiltrer un vieux manoir… Nos objectifs sont plus précisément au nombre de trois : localiser Dracula alias l’Empaleur, l’occire, puis s’évader aussi rapidement que possible.

Le scénario

« Descendant de la célèbre lignée de chasseurs de vampires, Victor Van Helsing a besoin d’une équipe motivée et courageuse pour un dernier combat salvateur. Après des mois de traque, de lutte et d’interrogatoires, il a réussi à obtenir des informations cruciales sur le dernier lieu de repos du célèbre comte Dracula. Il ne peut vous les communiquer sans risquer sa vie, mais vous savez où le trouver. À la tombée de la nuit, vous le rejoignez dans un manoir abandonné… Espérons que Van Helsing sera bien présent et que personne n’est au courant de votre arrivée. »

Chasseur de vampire la nuit, ingénieur le jour ?

Nous voilà à présent au sein de la demeure suspecte. Contre toute attente, Victor Van Helsing est absent. Où peut-il donc bien être ? Nous balayons la pièce en quête de réponses, et autant dire que le tour de la propriété est vite fait : alors que nous venons tout juste d’entrer dans cette supposée vaste habitation et que nous devrions donc logiquement découvrir un couloir, une entrée voire un salon, c’est un bureau qui se présente à nous. Un bureau de taille modeste, sans issue apparente autre que la porte par laquelle nous sommes arrivés. Hélas, cet environnement ne nous permet pas d’avoir le sentiment que nous explorons un manoir.

Cette pièce est néanmoins plutôt bien décorée. Des rideaux rouges sang et une tapisserie aux motifs chargés et démodés ornent les murs. De lourds tapis jonchent le sol, d’encombrants meubles occupent l’espace. Une machine à écrire, des tableaux hors d’âge et un miroir sur pied témoignent quant à eux d’une présence en ces lieux. Un peu partout ça et là, nous dénichons des traces du passage de Van Helsing, qui avait visiblement, avant de disparaître, fait de cette salle son bureau d’études. Étonnant choix alors que l’on se trouve dans l’antre présumé de son ennemi juré, mais pourquoi pas…

Un autre détail frappe nos esprits : notre commanditaire a laissé derrière lui une tablette tactile qui dénote complètement au milieu de ces décors cherchant à nous propulser plusieurs siècles en arrière. Quelques minutes plus tôt, notre game master avait d’ailleurs pris soin de préciser que c’est « VVH » lui-même qui avait inventé cette machine. Chasseur de vampire la nuit et ingénieur informaticien le jour, Van Helsing ? Peu crédible. Il est dommage que ces incohérences et anachronismes entachent une immersion qui, par ailleurs, est globalement bonne.

Une atmosphère inquiétante mais pas effrayante

Nous nous retroussons les manches et partons à la pêche aux premiers indices. Ils sont nombreux ! La première partie du jeu accorde en effet une grande place à la fouille. Néanmoins, à mesure que l’heure tourne, elle se fait plus discrète, au profit des manipulations, qui prennent alors légèrement l’ascendant. Les casse-têtes sont fluides, à deux exceptions près, causées par une nomenclature de document peu claire d’une part, et par un élément contre-intuitif d’autre part. Même si les liens entre les énigmes et les idées scénaristiques qu’elles véhiculent sont parfois moyennement convaincants, on constate qu’un effort a été fait sur l’intégration du jeu à l’intrigue.

L’escape game de HintHunt ne se démarque pas particulièrement ni par son immersion ni par l’originalité de ses casse-têtes, mais il propose toutefois des moments divertissants et quelques manipulations intéressantes, dont l’une – la meilleure à notre sens, qui n’était pas présente dans la toute première version du jeu d’ailleurs –, empreinte de magie, est particulièrement visuelle et satisfaisante. Elle a plusieurs mérites : être collaborative, donner l’occasion à tous les joueurs de se relayer pour en faire l’expérience, et enclencher un effet lui aussi très visuel et cocasse, sorte de clou du spectacle.

« Dracula » est linéaire du début à la fin, c’est pourquoi nous vous conseillons de ne pas former une équipe trop nombreuse. Trois ou quatre chasseurs de vampires pourront suffire ! Cette salle conviendra parfaitement à celles et ceux qui recherchent une atmosphère inquiétante mais pas effrayante. La room compte en effet en tout et pour tout deux jumpscares, pas plus, car ici le but n’est pas de faire peur aux joueurs, et rien n’est d’ailleurs destiné à les déconcentrer ou les empêcher de réfléchir. Néanmoins, à mesure que les minutes défileront, la lumière déclinera… Qui sait ce qu’il adviendra de vous lorsque l’obscurité totale règnera…

Mélanie Vives par Mélanie Vives

Avis de la communauté : 80% de satisfaction

85 joueurs ont donné un avis sur ce scénario et 47 joueurs l'ont ajouté à leur todo-list.

 Histoire et cohérence du scénario
8.3/10
 Décors et immersion
8.1/10
 Qualité des énigmes
7.4/10
 Fun
7.9/10
 Accueil et game mastering
8.4/10