Escape GameParisImmersiaLes ferrailleurs de l’espace

Les ferrailleurs de l’espace
88% satisfaction

25% Fouille
45% Manipulation
30% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Niveaux au choix
    Intermédiaire, Difficile
  • Immersion
    👏 Excellent
  • Prix
    25 - 60€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 5 joueurs

La première room d’Immersia nous avait immergés dans le sombre monde de Lovecraft et du « Temple perdu de Cthulhu ». La deuxième avait mis tous nos sens à l’épreuve – dont celui de la repartie –, condition indispensable pour réussir la « Mission Evolvis ».

En janvier 2019, soit un an après l’ouverture de ces deux premiers univers, l’enseigne d’escape game du 20e arrondissement de Paris a inauguré une troisième salle : « Les ferrailleurs de l’espace ». Elle nous propose cette fois une aventure de science-fiction à bord d’un vaisseau steampunk. Notre voyage sera-t-il un long fleuve tranquille ? Pas sûr…

Le scénario

« Dans un monde dévasté par le mal, vous êtes un équipage de ferrailleurs de l’espace, des agents de récupération de vieilles épaves spatiales. Alors que vous venez d’arraisonner une capsule spatiale à la dérive, votre vaisseau est attaqué par un ennemi invisible et mystérieux. Votre vaisseau est trop endommagé et vous devez rester cachés dans la dernière poche d’air disponible : cette capsule mystérieuse qui évoque la légende d’une civilisation ancienne… Pénétrez dans l’étrange capsule tout droit sortie de l’imagination du capitaine Nemo et tentez de réaliser sa mission suprême : sauver l’univers du mal qui le ronge. Et qui dit ? Peut-être vous livrera-t-il ses trésors ?! »

Immersia est connu pour ses longs briefings de mission et celui des « Ferrailleurs de l’espace » ne déroge pas à la règle. Ces quelques lignes de scénario ne sont en effet que l’arbre qui cache la forêt : une fois sur place, votre maître du jeu vous abreuvera de détails pendant 25 bonnes minutes, vous immergeant à la fois dans le monde dans lequel vous allez être plongé et dans la peau des personnages que vous allez incarner. Malgré tous les efforts mis en œuvre pour que ces moments restent dynamiques et drôles, cette introduction divisera peut-être au sein de votre team : devant cet interlocuteur passionné, certains seront à l’écoute, d’autres trépigneront d’impatience et trouveront le temps long.

Long briefing, fil rouge et difficulté modulable

Avant d’entrer dans le vaisseau steampunk, votre game master vous confiera un « accessoire » qui sera utile tout au long de la partie. Cette sympathique manipulation fil rouge permet d’accroître l’interactivité du décor, mais ce n’est pas tout : grâce à cet outil, le niveau de difficulté de la salle est personnalisable. En fonction du mode que vous choisirez, votre équipe et vous serez plus ou moins guidés pour résoudre les énigmes. Un principe qui est ici astucieusement intégré au jeu comme au scénario.
Immersia ne s’arrête d’ailleurs pas là pour moduler le niveau de difficulté. Si par exemple votre GM constate que vous peinez à remplir une étape qui peut être laborieuse, il pourra la raccourcir sans même que vous vous en rendiez compte. On sent que l’enseigne est attentive au ressenti des joueurs et qu’une de ses priorités est de leur rendre la partie agréable quoi qu’il advienne.

Cet escape game propose des décors très soignés et beaux, qui forment un tout visuellement abouti. Des tuyaux et câbles dépassent ici et là, qui côtoient des écrans plats tout ce qu’il y a de plus modernes. La couleur cuivrée est omniprésente. Ce vaisseau d’inspiration steampunk a la classe ! Il ne contient ni cadenas, ni clé ni digicode, ce qui contribue à sa crédibilité.

« Mon préféré c’est le roleplay »

Comme toutes les aventures d’Immersia, « Les ferrailleurs de l’espace » est recouvert d’une fine couche de roleplay, ce qui est son plus gros point fort. Vous incarnerez un groupe de personnages qui ont tous les mêmes objectifs, et il n’est pas impossible que vous rencontriez un autre personnage, haut en couleur et sacrément farfelu… Notre game master comédien était très drôle et ses interventions au cours de la partie ont clairement apporté un plus. Ce sont ces moments d’interaction improvisés que l’on a trouvé les plus réussis. Si on accepte de se prêter au jeu, ils modifient l’atmosphère et même la perception que l’on peut avoir de l’expérience : nous ne sommes plus alors uniquement dans un jeu d’énigmes immersif mais embarqués dans une véritable aventure humaine.

Quelques points nous ont en revanche déçues :

  • Les énigmes ne sont pas présentes en très grand nombre.
  • Le début nous a semblé contre-intuitif : en entrant, les joueurs sont visuellement et auditivement attirés par plusieurs éléments, or pour lancer le jeu, c’est vers autre chose que vous devrez vous tourner.
  • Une fausse piste qui peut inutilement embrouiller devrait, on l’espère, bientôt être supprimée.
  • Enfin, la mission propose une intéressante énigme finale inspirée des jeux vidéo mais qui, malheureusement, ne produit pas l’effet escompté car elle a du mal à être à la hauteur du moment de climax scénaristique qu’elle accompagne. En plus de manquer d’intuitivité, cette phase de jeu est paradoxalement assez lente et la dynamiser permettrait sans doute d’en profiter davantage. Le fait que seuls deux membres de l’équipe puissent participer – les autres étant contraints d’être spectateurs – n’arrange rien.

À noter que la salle « Les ferrailleurs de l’espace » vous demandera de bien fouiller visuellement l’espace de jeu, mais qu’elle ne compte quasiment pas d’objets cachés à trouver, ce qui ne nous a absolument pas dérangées.