Escape GameParisLe TriangleL’héritage d’un clown

L’héritage d’un clown

50% Fouille
20% Manipulation
30% Réflexion
  • Thème
    Enquête | Explorateur
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    20 - 37€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 6 joueurs

Le Triangle est une enseigne d’escape game ouverte depuis juin 2019 dans le 8e arrondissement de Paris, entre les stations de métro Madeleine et Havre-Caumartin, près du boulevard Haussmann et de ses célèbres grands magasins.

Ce Triangle unit trois personnes, trois associés qui proposent trois salles aux univers très différents. La plus originale est sans aucun doute « La planète des chats », dans laquelle vous partagerez l’espace de jeu avec plusieurs petits félins ! Mais ce ne sont pas Pompon, Praliné et leurs copains qui nous amènent aujourd’hui au Triangle. Nous devons plutôt notre venue à notre défunt grand-tonton…

Le scénario

« Votre grand-oncle Marlon vient de mourir… Vous l’aimiez beaucoup car c’était un clown ! Il vous faisait toujours rire. Par contre, il est décédé dans des circonstances très étranges… La seule chose que Marlon vous a léguée est son appartement. J’ai entendu dire qu’un trésor s’y cachait ! À vous de le retrouver, et de vous partager la fortune… ou pas. »

Nous poussons la porte de « L’héritage d’un clown » et découvrons un grand espace très éclairé et très coloré. Cette pièce ne ressemble pas à un appartement, en revanche les accessoires et déguisements évoquant les clowns sont bel et bien omniprésents. Même une partie des murs sont bariolés, non pas ornés de stickers comme le préconiserait Valérie Damidot mais de peinture, esquissant une joyeuse fresque un peu enfantine. Une bande-son de cirque se fait entendre, une bonne idée même s’il s’agit d’une boucle de quelques secondes qui pourra finir par vous taper sur les nerfs…

Au début des escape games

L’ambiance que les créateurs ont souhaité faire régner est claire, mais elle peine malheureusement à dépasser le stade de l’intention : les décors à proprement parler sont sommaires et finalement assez impersonnels, et sans les éléments de contexte délivrés par notre game master durant le briefing, nous aurions été incapables de déduire où nous étions. Une petite rangée de cadenas verrouillés nous attend – pourquoi pas ! –, ce qui nous donne l’impression d’être propulsés à l’époque du début des escape games, quand les rooms n’étaient que des « pièces contenant des énigmes ».

C’est aussi l’impression que nous a donné le jeu :

  • « L’héritage d’un clown » ne compte pas beaucoup de manipulations ni de mécanismes, et celles et ceux que vous croiserez sont à deux exceptions près assez basiques et classiques. Autrement dit, si vous avez déjà plusieurs escape games à votre actif, vous pourrez avoir un goût de déjà-vu. Notons toutefois que l’une des deux exceptions est très originale : à la fois simple mais redoutablement efficace, elle vous fera à coup sûr retomber en enfance, et toute la team aura le plaisir de pouvoir se relayer lors de ce petit atelier. Soulignons également la présence de deux machines que l’on espérait faire fonctionner et utiliser au cours du jeu, mais qui malheureusement ne participent pas à la résolution des énigmes.
  • Les casse-têtes de réflexion proposés par la room du Triangle sont eux aussi assez classiques et pourront vous procurer un léger sentiment de répétition. Plusieurs familles d’énigmes sont en effet exploitées à deux reprises, ce que l’on trouve dommage car nous sommes plutôt adeptes de diversité et de variété.
  • La salle inclut une fausse piste et une « farce », que l’enseigne présente comme des blagounettes disséminées par le grand-oncle Marlon, mais qui sont à double tranchant : elles pourront soit amuser les joueurs, soit les frustrer et les agacer.
  • Les énigmes ne vous permettront pas d’en savoir plus sur Marlon le clown, elles sont simplement des prétextes pour vous divertir, vos amis et vous, pendant une heure. Pour autant, vous en apprendrez bel et bien davantage sur la personnalité de votre grand-tonton bien-aimé ! Car même s’il n’est pas développé par le biais des casse-têtes, un scénario se développe au cours du jeu grâce à un twist appréciable.

« Quelques frissons sont à prévoir »

Le scénario est justement ce que cette salle a de plus original. Préparez-vous à lever le voile sur quelques secrets… « Si vous êtes venus pour vous amuser et vous déguiser, cet escape room vous correspond parfaitement ! Cependant, n’oubliez pas qu’un clown a deux visages, quelques frissons sont à prévoir », peut-on lire sur le site internet de l’établissement. Si vous êtes coulrophobe, autrement dit si vous avez une peur bleue des clowns, la mise en scène concoctée par l’équipe du Triangle vous donnera la chair de poule…

Il est d’autant plus dommage que les énigmes ne soient pas réellement à la hauteur lors de ce moment de rupture. L’atmosphère change, une tension s’installe, mais elle pourra vite être désamorcée par le gameplay, qui lui reste sur sa lancée : vous continuerez en partie à jouer avec les couleurs et les petits objets clownesques, ce qui n’aide pas à appréhender le rebondissement que vous vivrez. À ce sujet, la salle manque aussi d’une fin marquante et porteuse de sens, qui permet de comprendre sans aucun doute possible que la mission est terminée.

« L’héritage d’un clown » est non linéaire, disposition idéale si votre équipe est composée de cinq ou six joueurs : vous pourrez former des sous-groupes et vous répartir les tâches. À noter qu’une énigme vous demandera de la culture générale ainsi qu’un peu de mémoire, mais rien de foncièrement problématique car si vous ne connaissez pas les réponses aux questions posées, il vous sera possible de tâtonner voire de bruteforcer ce casse-tête sans trop de difficulté.

Enfin, Le Triangle a choisi d’aider les joueurs par le biais de haut-parleurs : si vous avez besoin d’aide, la voix de votre game master résonnera dans la pièce, sans que ce dernier incarne un personnage qui fait partie de l’histoire.