Escape GameSaint-André-de-CubzacThe RoomMission Space Pirates – Opération sauvetage

Mission Space Pirates – Opération sauvetage
99% satisfaction

20% Fouille
60% Manipulation
20% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Durée
    70 min
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    👌 Parfait
  • Prix
    22 - 27€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 5 joueurs

The Room est une enseigne d’escape game ouverte depuis novembre 2017 dans la zone commerciale du Parc d’Aquitaine de Saint-André-de-Cubzac, dans les alentours de Bordeaux. Elle propose un scénario au concept original puisqu’il est composé de deux parties de 70 minutes chacune qui se déroulent au sein des mêmes décors : dans cette double mission qui constitue la saga Space Pirates, les joueurs incarnent des hackeurs de vaisseaux spatiaux.

En septembre 2019, nous avions découvert l’excellent premier épisode, sous-titré « Opération Earth Watch ». Un an après, nous revoici en Gironde pour vivre l’acte 2 de cette épopée : « Opération sauvetage ».

Le scénario

« Embarquez à bord de l’Earth Watch, vaisseau de surveillance satellitaire appartenant à la compagnie internationale Earth Watch Surveillance Corporation, pour une opération de sauvetage. »

Il est tout à fait possible de découvrir « Opération sauvetage » avant « Opération Earth Watch ». Nous vous conseillons néanmoins de jouer dans l’ordre chronologique car vous commencerez l’épisode 2 dans une situation que vous ne découvrirez qu’à la fin de l’épisode 1 : en effet, vous poursuivrez l’aventure après une ellipse de quelques minutes seulement, qui vous sera racontée juste avant de repénétrer dans la salle.

Des espaces dont vous ne soupçonniez pas l’existence

Nous entrons et reconnaissons tout de suite le sas du vaisseau, dont nous avions déjà foulé le sol un an auparavant et qui nous avait alors permis d’accéder au poste de commande. Comme à l’époque, il est important de souligner les décors convaincants de cette pièce : matières et lumières ont été travaillées, par conséquent elle est agréable à regarder. Futuriste, épurée sans être insipide, elle nous transporte immédiatement et facilement dans l’univers annoncé.

Vous vous demandez peut-être comment l’enseigne a réussi à renouveler les énigmes présentes dans ce si petit sas : ne sont-elles pas redondantes avec celles que l’on doit résoudre dans cette même pièce lors de l’épisode 1 ? La réponse est non car, dans ce second opus, The Room a pris soin d’utiliser d’autres parties du décor et de mettre en œuvre d’autres mécaniques de jeu. Ainsi, même si vous manipulerez les mêmes éléments, ils ne seront pas sollicités de la même manière et vous ne devriez par conséquent pas avoir d’impression de déjà-vu.

Une fois ce sas passé, la question ne se posera d’ailleurs quasiment plus car « Opération sauvetage » vous permettra de découvrir d’autres parties de l’astronef, dont vous ne soupçonniez pas forcément l’existence… L’aventure propose ainsi un équilibre parfait entre des salles que vous aurez le plaisir de reconnaître et qui se rappelleront à votre bon souvenir, et d’autres qui sont exclusives au chapitre 2 et que vous aurez donc la joie d’explorer pour la première fois.

Une mission à vivre à 200 à l’heure

Comme dans « Opération Earth Watch », votre périple se déroulera dans une ambiance soignée et un décor maîtrisé, celui d’un « vaisseau spatial style années 1990 » – dixit ses créateurs – qui correspond parfaitement aux idées cliché que l’on se fait d’un tel engin.

Le jeu, lui, est également dans la continuité, à une exception près : exit la phase qui « vous demandera de vous poser », comme nous l’écrivions au sujet du premier opus. Cette fois, toute la mission pourra être vécue à 200 à l’heure et c’est là son principal charme et son atout majeur. Cet escape game fait partie de ceux qui proposent avant tout de l’action et des manipulations plutôt que de la réflexion et de la fouille. La plupart du temps, vous aurez tous les éléments et instructions nécessaires à portée, il vous suffira alors de les appliquer une par une !

Il est bien évidemment hyper fun d’activer tous ces boutons et de régler toutes ces jauges comme si on avait hacké des vaisseaux spatiaux toute sa vie. Même quand des imprévus exigeant réactivité et sang-froid surviendront – il y en a toujours dans l’espace, et The Room a conservé ces séquences qui faisaient le sel du premier volet –, vous manipulerez, manipulerez, manipulerez…

Ici, pas de place au tâtonnement ni à l’essai-erreur : vous saurez comment valider les étapes et vous saurez aussi lorsqu’elles seront validées. Résultat : 1) Pour peu que l’on soit attentif, tout est très fluide et s’enchaîne parfaitement. 2) Ce gameplay favorise l’intégration des énigmes à l’intrigue car elles sont autant d’avancées dans le déroulé de l’aventure et l’immersion en sort grandit.

Un final digne d’un jeu vidéo grandeur nature

L’immersion est d’ailleurs encore meilleure dans ce second chapitre. D’une part car cette fois toutes les énigmes sont intégrées au scénario ; et d’autre part parce que l’enseigne réussit à placer un effet wahou lorsqu’on ne s’y attend pas, grâce à une installation très amusante et légèrement déstabilisante. Quoi de plus logique et agréable, dans ce contexte spatial, que de faire face à une surprise à laquelle nous autres Terriens ne sommes pas habitués ?

À noter aussi que l’une des manipulations rencontrées se sert d’un élément (au sens littéral du terme) auquel on ne se frotte que trop peu dans les jeux d’évasion et qui, cerise sur le gâteau vaisseau, délivre un code qui devra être décrypté d’une façon extrêmement imaginative, originale et intuitive.

Le final, quant à lui, est digne d’un jeu vidéo grandeur nature. Si vous jouez en petit nombre, la moindre seconde d’inattention pourra se payer cher, très cher…

« Mission Space Pirates – Opération sauvetage », c’est un rythme élevé pendant 70 minutes, une bonne dose d’adrénaline, une immersion parfaite et un jeu très bien ficelé. Si vous avez apprécié le premier épisode, vous aimerez le second sans l’ombre d’une hésitation.