Escape GameTokyoSCRAPEscape from Hunter X

Escape from Hunter X

20% Fouille
30% Manipulation
50% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Niveau
    Difficile
  • Immersion
    Bien
  • Nombre de joueurs
    2 à 6 joueurs

Escape game jouable en anglais

Nous voilà de retour au Japon après un premier voyage qui, en 2016, nous avait notamment permis de tester la salle « Escape from the Red Room ». Trois ans après, nous reprenons le chemin de Tokyo, et plus précisément celui d’Asakusa, quartier où LE pionnier mondial SCRAP, créateur du tout premier escape game en 2007, s’est installé.

Cette fois il n’est nullement question d’une mystérieuse et allégorique pièce rouge mais d’un danger très concret : des Hunters, robots assoiffés de sang, sont à notre poursuite !

Attention, contrairement à ce que pourrait éventuellement laisser penser son nom, la room « Escape from Hunter X » n’a aucun rapport avec le manga « Hunter × Hunter ».

Autre remarque très importante : au sein de l’enseigne SCRAP, comme c’est notamment le cas en Amérique du Nord par exemple, vous ne réserverez pas la salle mais votre place dans la salle : il est donc possible, si sa capacité maximale n’est pas atteinte, qu’une autre personne ou qu’un autre groupe se greffe au vôtre.

Le scénario

« Votre cœur bat vite. La sueur coule sur votre front. Les bruits de pas se rapprochent… La menace de mort est imminente. Hunter X… Cette machine à tuer est ici pour voler des informations top secrètes qui sont en votre possession ! Vous n’avez pas d’armes, il ne vous reste donc plus qu’à vous cacher. Vous parcourez la pièce et trouvez quelques objets qui peuvent être utilisés comme des pièges… Quels pièges allez-vous utiliser ? Et où allez-vous les placer ? Votre vie dépend de ces décisions. »

Des crocs sont prêtés aux joueurs

Nous nous dirigeons vers un petit sas qui nous permet tout d’abord de… nous déchausser. Eh oui, comme dans la plupart des maisons ou appartements japonais, il est impensable de fouler le sol de cet escape game en baskets, bottines, talons ou autres. Des crocs sont prêtés aux joueurs et nous nous empressons d’en enfiler.
Une feuille plastifiée nous est ensuite distribuée, sur laquelle nous lisons quelques éléments de contexte scénaristique. On nous annonce alors que le scientifique d’un éminent laboratoire viendra à notre rencontre dans quelques secondes…

Nous faisons en effet bien vite la connaissance de ce professeur. Ou plutôt de cette professeure qui, malgré sa blouse blanche, ne joue malheureusement pas vraiment le rôle d’un personnage et va surtout s’avérer être notre game master au sens littéral du terme. Dans les rooms de SCRAP, on ne trouve pas de caméras : les maîtres du jeu restent aux côtés des joueurs tout au long de l’aventure, les observant et leur délivrant des indices si nécessaire. « Escape from Hunter X » ne fait pas exception, d’autant que cette salle repose sur des règles du jeu très spécifiques dont le GM est garant. Cette room répond en effet à quelques procédures orales et physiques bien définies, et votre game master sera là pour s’assurer que vous les respectez car elles sont indispensables au bon déroulement de la partie.
Attendez-vous ainsi à une longue introduction pendant laquelle tout vous sera expliqué – comprendre l’anglais oral sera indispensable, et l’écrit également d’ailleurs, car vous rencontrerez des notices qui utilisent parfois du vocabulaire avancé.

Un « real trap action game »

SCRAP propose ici une salle au gameplay très original et élaboré, qui ne ressemble à aucune des 500 rooms que nous avons eu l’occasion de tester. L’enseigne japonaise qualifie « Escape from Hunter X » de « real trap action game », mais aussi de « loop game ».

« Real trap action game » car, contrairement à la grande majorité des escape games, « au lieu de résoudre des énigmes vous devrez établir une stratégie et installer des pièges pour vaincre votre ennemi ». Cette phrase de présentation que l’on doit à l’enseigne elle-même décrit parfaitement le jeu. Vous défierez trois Hunters, chacun imposant une situation de laquelle vous devrez vous dépêtrer grâce à des pièges utilisables comme bon vous semble. Chaque Hunter incarne ainsi un casse-tête à part entière que vous devrez démêler et qui est parfaitement intégré au scénario. Vos décisions devront toujours être guidées par un seul impératif : survivre.

Le rythme de « Escape from Hunter X » est très différent de celui des escape games traditionnels. Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette room ne compte aucun cadenas verrouillé, aucun code à rentrer, et même peu de mécanismes à manipuler, qu’ils soient électroniques ou mécaniques. Votre équipe passera la plupart de son temps à brainstormer pour mettre en place des stratégies. Ces phases lentes de réflexion alterneront avec des moments beaucoup plus speed, ceux que vous vivrez lorsque vous passerez à l’action. Deux issues seront alors possible : une victoire sur le Hunter ou… un « die and retry ». Car oui, attendez-vous à mourir plusieurs fois !

« Die and retry » : un jeu à boucle temporelle

Dans ce jeu, périr n’a aucune conséquence (profitez-en, c’est pas tous les jours) et cela sera même parfois nécessaire pour mieux appréhender les situations dans lesquelles vous êtes embarqué et les pièges dont vous disposez. D’où l’appellation « loop game », que l’on pourrait traduire par « jeu à boucle temporelle ». Vous pourrez tester vos stratégies autant de fois que vous le souhaitez, ce qui donne l’agréable sensation d’évoluer au sein d’un jeu vidéo.

Trois Hunters à défier, donc trois énigmes seulement à résoudre. « Fastoche », vous dites-vous peut-être… Que nenni ! « Escape from Hunter X » n’est pas aussi difficile que « Escape from The Red Room » qui, lors de notre dernier passage en 2019, affichait 5% de réussite, mais elle est pour autant loin d’être facile… Nous avons par exemple passé quasiment 30 minutes à tâtonner pour trouver comment vaincre l’un des trois robots, et avons terminé le jeu à quelques secondes de la fin. Si vous n’aimez pas vous creuser les méninges, passez votre chemin ! Comme toujours avec SCRAP, vous aurez la possibilité de jouer 10 minutes supplémentaires moyennant finance.

Des décors en-dessous des attentes

Autre fait notable : vous découvrirez rapidement une agréable surprise qui ajoute piquant et adrénaline, un dispositif que l’on ne voit que très rarement dans les escape games, en Europe comme ailleurs. On ne vous en dit pas plus !

Le seul point négatif de l’aventure, ce sont ses décors. Cette room pourra décevoir les amoureux d’immersion poussée car son espace de jeu, censé représenter un labo high-tech, est globalement fait de bric et de broc. En outre, beaucoup de panneaux et stickers « ne pas toucher » sont présents. Heureusement, la « surprise » précédemment évoquée est là pour rééquilibrer la balance. Oubliez les décors : rien que pour son gameplay original qui emprunte aux jeux vidéo et ses intelligentes énigmes, « Escape from Hunter X » vaut la peine d’être testé.