Thème
Histoire | Patrimoine culturel
Niveau
Intermédiaire
Immersion
👍 Très bien
Prix
23 à 35€/joueur
Nombre de joueurs
2 à 5 joueurs
20 %
Fouille
45 %
Manipulation
35 %
Réflexion

Au fil de nos pérégrinations, nous avons la chance de découvrir des enseignes qui proposent plus que de simples salles d’escape game. C’est le cas du Blockhaus, à Carentan-les-Marais. Ce complexe manchois, qui a ouvert à quelques jours près 75 ans après le Débarquement de Normandie, propose aux joueurs de découvrir l’envers du décor de cet événement fondateur de la Libération française lors de la Seconde Guerre mondiale.

Dans « Le loup gris », que nous avons testé en août 2021, nous allons explorer une autre facette de ce conflit : les affrontements maritimes.

Le scénario

« Vous êtes des sous-mariniers de la Kriegsmarine à bord du U-390, l’un des sous-marins les plus sophistiqués de l’époque, tout près d’Utah Beach. Votre engin de guerre vient d’être touché par des charges de profondeur. Avant que ce dernier ne sombre et vous entraîne avec lui, vous avez une dernière mission : récupérer un message codé, crucial dans cette bataille de Normandie, grâce à une machine Enigma.

Endommagé, le U-390 ne vous laissera pas si facilement atteindre la salle de commandement. Mais qui a dit que ce serait facile ? Bon courage. »

Se concentrer dans un univers oppressant

Dès les premières secondes, ce qui frappe c’est le côté stressant du décor dans lequel nous nous trouvons. Le Blockhaus exploite bien les images de sous-marins que nous avons en tête, à savoir des endroits exigus où il est difficile de se mouvoir. Nous nous faufilons à la recherche des premiers indices et objets. Dans cette aventure, la fouille mène surtout à observer des éléments cachés dans le décor. Le U-390 recèle en effet d’éléments, placardés à droite et à gauche, qui permettent de progresser. En ce qui concerne les objets physiques, ils sont assez visibles. Il n'est pas très compliqué de les débusquer.

Rapidement, l’espace s’agrandit. En revanche, ne vous attendez pas à découvrir des décors diamétralement différents. L'enseigne a fait en sorte qu’ils soient vraisemblables. Si vous avez déjà regardé des reportages sur les sous-marins actuels, vous aurez remarqué que les pièces qui les composent se ressemblent toutes. Heureusement, grâce à l’accessoirisation et aux mécanismes présents, nous sommes en mesure de définir la nature de ces salles en enfilade et leur utilité.

Avis aux joueurs qui ont des difficultés à se mouvoir : attention, les salles de ce vaisseau sont séparées par des portes très caractéristiques des submersibles, qui ont un seuil assez haut. Lors de la résolution des énigmes, vous serez amené à multiplier les allers et retours, ce qui pourra être fatigant.

Des énigmes cohérentes

« Le loup gris » se démarque des autres aventures de l’enseigne de par la nature de ses énigmes. Pour coller à l’univers, vous n'y trouverez pas de pages de texte à lire. Votre mission est de comprendre le fonctionnement des différentes machines de ce sous-marin pour les réparer ou les manœuvrer. On retrouve des plans à analyser et des éléments à manipuler. Parfois, certains casse-têtes mériteraient d’être un peu plus guidés pour ne pas frustrer les joueurs. En effet, il nous est arrivé de tourner en rond car certains liens logiques étaient un peu trop ténus. 

Cerise sur le gâteau, vous utiliserez la reproduction d’une machine Enigma. Si vous êtes fan de décodage, vous serez comme un enfant devant cet outil sophistiqué pour l’époque. Sa clé de décryptage, qui changeait tous les jours, donnait du fil à retordre aux Alliés, qui mettaient plusieurs heures à déchiffrer les messages des Nazis.

Coup de projecteur sur une histoire peu connue

Dans ce scénario, Le Blockhaus prend le contre-pied de ses précédents jeux. Cette fois-ci, nous incarnons le rôle de sous-mariniers de la Kriegsmarine, l'armée sous-marine allemande. Ce parti pris est audacieux car incarner le rôle de militaires allemands ne va pas de soi. Heureusement, l’action ne nous pousse pas à réaliser des exactions, ce qui aurait été de mauvais goût. Il s'agit d'une simple mission de survie, un objectif politiquement correct.

La thématique globale est elle aussi originale. Comme le précise l’enseigne, la Marine est peu abordée lorsque l’on relate les événements de la Seconde Guerre mondiale. Les combats en mer étaient très limités, alors que le rôle des sous-marins et destroyers était essentiel. L'Unterseeboot 390 (ou U-390) a véritablement existé. Il a été neutralisé par le HMS Wanderer et la frégate HMS Tavy le 5 juillet 1944. Parmi les 49 membres de l'équipage, un seul homme a survécu, le machiniste Eric Stein.

En résumé, ce qu’il manque un peu à cette aventure c’est du rythme. Pas mal d’énigmes ponctuant cette quête nécessitent de la réflexion, il est alors nécessaire de se poser pour les résoudre. Certaines nous ont perdus. Ceci a eu pour effet d'essouffler  le dynamisme de l’équipe. Heureusement, le game master est là pour relancer la machine.

N’hésitez cependant pas à vous plonger dans ce scénario pour son originalité. En effet, les salles d'escape game dont l’action se déroule dans un sous-marin ne sont pas si nombreuses en France, et celui-ci est bien reconstitué.

Rémi Prieur par Rémi Prieur

Avis de la communauté : 94% de satisfaction

12 joueurs ont donné un avis sur ce scénario et 3 joueurs l'ont ajouté à leur todo-list.

 Histoire et cohérence du scénario
9.6/10
 Décors et immersion
10/10
 Qualité des énigmes
8.8/10
 Fun
9.2/10
 Accueil et game mastering
9.8/10