Escape GameFresnesJust in TimeAutopsie 2 – Appartement 213

Autopsie 2 – Appartement 213

50% Fouille
25% Manipulation
25% Réflexion
  • Thème
    Horreur | Paranormal
  • Niveau
    Difficile
  • Immersion
    👍 Très bien
  • Prix
    18 - 30€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 6 joueurs

Enseigne issue du réseau Just in Time, Just in Time Fresnes a accueilli ses premiers joueurs en mai 2019 au sein du parc commercial La Cerisaie, dans le Val-de-Marne. Nous avons découvert ses deux premières salles, « Far West – L’héritage du vieux Jacob » et « Autopsie 2 – Appartement 213 », en août de cette même année.

Avis aux plus jeunes et aux moins téméraires : cette dernière room est interdite aux joueurs de moins de 16 ans.

Le scénario

« Tout droit sortis de la salle d’autopsie (Autopsie 1) ou fraîchement débarqués dans cet univers si particulier qu’est la médecine légale, votre avenir est menacé ! Un éminent médecin légiste a basculé dans la folie. Il est obsédé par une expérience qui ne requiert aucun être… vivant. Vous êtes pris au piège ! Vous n’avez que 60 minutes pour vous échapper avant qu’il ne soit trop tard. »

« Autopsie 2 – Appartement 213 » peut être considéré comme la suite d’« Autopsie », escape game proposé par Just in Time à Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l’Essonne – room qui avait longtemps affiché 0% de réussite avant que sa difficulté soit (légèrement) revue à la baisse. Plus qu’une suite, il s’agit surtout d’une aventure qui se déroule dans le même univers : inutile d’avoir joué « Autopsie 1 » pour passer un bon moment dans « Autopsie 2 ». Les deux jeux sont d’ailleurs assez différents.

Un environnement repoussant voire répugnant

« Autopsie 1 » n’est absolument pas effrayant et ne joue même jamais sur la peur : l’expérience est centrée sur la profusion d’énigmes à résoudre. C’est tout le contraire d’« Autopsie 2 », salle qui fait passer l’ambiance au premier plan et dans laquelle les moins courageux auront parfois les mains moites… Au programme : quelques jump scares et effets spéciaux distillés au fil de la partie, et notamment lors des prémices de l’aventure. Cette petite mise en bouche immersive a le mérite de donner le ton, même si avec le recul elle s’intègre très mal au sein du scénario et qu’elle gagnerait donc à être remaniée.

Just in Time nous a habitués à des décors de toute beauté – à l’image de ceux de « Pirate Cave », « Amazone » et « Far West » par exemple. Ici, pour mieux coller à l’intrigue, l’enseigne prend le contrepied total : l’environnement dans lequel vous évoluerez est volontairement sale et sordide, repoussant voire répugnant. Les décorateurs de Just in Time ont réalisé un joli travail d’accessoirisation : la plupart des « éléments » qui composent l’espace de jeu sont très réussis, autrement dit vous n’aurez pas du tout envie de les manipuler… Or, la fouille est justement au cœur du gameplay de « Autopsie 2 – Appartement 213 ». Pour échapper au médecin légiste qui vous retient prisonnier, vous devrez oser vous salir les mains, sortir de votre zone de confort. Un parti pris intelligent et pertinent.

Pendant la première partie de la mission, cette logique est poussée à l’extrême. Une énigme nécessitera ainsi que vous déceliez une bonne dizaine de minuscules éléments habilement camouflés dans les décors. Alors que la pénombre règne, ce défi est loin d’être une évidence. Cela pourra vous décourager et vous poussera même peut-être à bruteforcer le casse-tête, c’est qui est dommage. La difficulté pourrait ici être revue un poil à la baisse pour équilibrer le jeu.

Un panaché d’énigmes classiques

Cet escape game propose sauf exceptions un panaché d’énigmes classiques. Elles ne se démarquent donc généralement pas par leur originalité, mais n’en restent pas moins bien ficelées, à l’exception de l’une d’elles, qui manque de fluidité. Pas mal d’étapes feront appel à votre esprit cartésien. Si vous n’êtes pas habitué à résoudre des casse-têtes de logique, cela ne sera donc pas forcément facile ni intuitif pour vous. Les choses se compliqueront bien sûr davantage si vous avez peur car il ne sera pas évident de vous concentrer…

Just in Time a pris soin de glisser une once de storytelling par le biais d’un document textuel qui se trouve dans la room, ce qui est toujours appréciable et contentera ceux qui sont à la recherche de questions sur leur geôlier fou. Qui est-il ? Que veut-il ? Pourquoi en a-t-il après vous ? En revanche, ne cherchez aucune cohérence scénaristique au sujet des énigmes, elles ne s’intègrent pas du tout dans l’intrigue annoncée et ne sont que des prétextes pour vous faire cogiter, vos amis et vous, pendant soixante minutes. Ce fou furieux forcené est finalement bien sympathique de vous laisser une chance de vous enfuir, saisissez-la avant qu’il ne change d’avis !