🎅🏻 Calendrier de l'Avent
Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour gagner des livres-jeux et une partie d'escape game dans la ville de votre choix.

Facebook
Instagram
Twitter
Thème
Prison | Évasion
Niveau
Intermédiaire
Immersion
👌 Parfait
Prix
19 à 40€/joueur
Nombre de joueurs
2 à 5 joueurs
Langues
Anglais, Catalan, Espagnol, Français, Russe
20 %
Fouille
60 %
Manipulation
20 %
Réflexion

Jusqu’en décembre 2020, Maximum Escape Andorra appartenait au réseau russe Claustrophobia. Désormais parent d’une réputée enseigne barcelonaise, l’établissement vous attend dans la zone urbaine de Les Escaldes, tout près d’Andorre-la-Vieille, la capitale de la principauté d’Andorre. Depuis Perpignan, un peu moins de trois heures de route à travers de nombreux lacets pyrénéens suffisent pour atteindre ce petit territoire catalanophone intercalé entre la France et l’Espagne.

En septembre 2021, nous avons profité d’un voyage dans le Sud pour découvrir les deux escape games du complexe andorran, à commencer par le célèbre « The Avalanche », anciennement connu sous le nom de « An Avalanche of Oblivion ». Si cette salle est mondialement renommée, c’est que son palmarès au TERPECA (Top Escape Room Project Enthusiasts’ Choice Awards), projet visant à élire les meilleures escape rooms de la planète, parle pour elle : 18e en 2020, 26e en 2019, 12e en 2018. Se maintenir durant trois années consécutives aussi haut au sein d’un tel classement est un véritable exploit.

À noter que les deux scénarios de Maximum Escape Andorra sont entièrement jouables en français : éléments de jeu et indices vocaux vous seront délivrés dans votre langue.

Le scénario

« Alors que vous voyagez dans les montagnes d’Andorre, une tempête vous frappe de plein fouet. Vos chances de survie semblent maigres… Soudain, un refuge abandonné apparaît. Mais à l’instant où vous refermez la porte derrière vous, une avalanche s’abat sur la cabane : la neige vous empêche désormais d’en sortir. Vous ne pouvez pas attendre la fin de la tempête dans le refuge et il n’y a pas assez de carburant dans le générateur, il ne tiendra qu’une heure. Vous devez réparer une vieille radio et appeler les secours le plus vite possible. Mais au bout d’un certain temps, vous en venez à comprendre que quelque chose ne tourne pas rond dans cet abri, et que des choses terribles s’y passent ! »

À peine entrés dans la cabane, nous constatons que notre game master ne mentait pas lorsqu’il parlait de tempête et d’avalanche. Dans l’obscurité ambiante, des effets spéciaux assez intimidants et convaincants se révèlent et nous comprenons que les intempéries nous retiennent désormais prisonniers. Nous prenons quelques secondes pour observer le décor, qui est parfaitement réalisé. La pièce est habillée de bois du sol au plafond. Sa structure en arche donne la sensation d’avoir trouvé refuge dans un étroit cocon providentiel et salvateur, que l’on imagine perdu au milieu d’une vaste étendue hostile. Quelques appareils électroniques, dont la fameuse radio évoquée dans le scénario, nous sautent rapidement aux yeux. Du vieux matos solide et crédible, étrangement bien conservé, qu’il va falloir essayer de faire fonctionner...

Allégorique, mystique voire poétique

« The Avalanche » n’est pas un escape game qui place la réflexion et les énigmes au centre du jeu. Le cœur de l’expérience réside plutôt dans les énormes surprises de mise en scène qu’elle réserve aux joueurs, mais aussi dans l’originale narration qui y est développée, étonnamment allégorique, mystique voire poétique. Ce sont les deux points forts de la room.

Si les casse-têtes ne sont pas au centre du jeu, ils sont bien sûr malgré tout présents. Dans « The Avalanche », on trouve peu de fouille et peu de réflexion, mais beaucoup de manipulations. Leur nature est parfois très étrange voire surréaliste, mais faites confiance aux auteurs : tout a un sens même s’il s’avère très inattendu ! Vous ne croiserez qu’un cadenas. Une seule énigme nous a laissés perplexes car ce que le jeu nous demandait d’effectuer ne fonctionnait pas ; nous avons été contraints de la « bruteforcer ». Mais tout le reste est très agréable car intuitif et fluide pour qui prête attention à son environnement.

Dans la salle de Maximum Escape Andorra, de nombreuses surprises de mise en scène vous attendent. « Les idées les plus simples sont souvent les meilleures », dit-on parfois. Cet adage s’applique parfaitement à un effet spécial bluffant dont le principe est pourtant très basique… encore fallait-il y penser ! Mais un autre effet vous marquera sans doute davantage car il est plus étonnant, spectaculaire et inattendu. Il permet d’articuler plusieurs phases du récit de manière quasi théâtrale, et les créateurs ont eu l’intelligence de l’employer différemment au cours de la partie selon le sens qu’il véhicule.
L’enseigne se paie également le luxe de mettre en place des effets visuels très sympas qui ne servent pourtant pas au jeu : son but est tout simplement de vous embarquer à 100% dans son univers, de parfaire encore un peu plus l’immersion et l’atmosphère proposées, de vous faire réagir, réfléchir.

En avance sur son temps

Car il est impossible de découvrir « The Avalanche » sans retenir son génial storytelling. Ses concepteurs ne tombent pas dans l’écueil de la surexplication : ils font confiance aux joueurs pour comprendre l’histoire mystique qu’ils souhaitent leur faire vivre, et c’est sans doute aussi pour cela que la magie fonctionne. Il est possible que vous soyez un peu perdu au sein de la narration sur le moment, auquel cas un court éclaircissement de votre game master à l’issue du jeu achèvera certainement définitivement de vous convaincre, comme ce fut notre cas.

« The Avalanche » est une création originale comme on en voit peu, qui ose s’écarter des sentiers battus pour explorer un étonnant chemin jalonné d’effets spéciaux astucieux et d’une écriture subtile. La démarche est d’autant plus louable que cette room a été inaugurée en juillet 2016, assez tôt au vu du développement des escape games en Europe de l’Ouest. Force est de constater que le jeu de Maximum Escape Andorra était en avance sur son temps et que cette œuvre intemporelle n’avait, cinq ans après lorsque nous l’avons découvert, pas pris une seule ride.

Mélanie Vives par Mélanie Vives