Thème
Science-Fiction
Durée
70 min
Nombre de joueurs
3 à 6 joueurs
Niveau
Intermédiaire
Immersion
👍 Très bien
Prix
27 à 35€/joueur
30 %
Fouille
30 %
Manipulation
40 %
Réflexion

C’est pendant l’été 2017 que le réseau d’enseignes d’escape game Prizoners a inauguré un établissement à la Réunion, plus précisément au sud de l’île, dans un petit centre commercial de la ville de Saint-Pierre.

Lors de notre visite, en septembre 2022, Prizoners Saint-Pierre proposait trois rooms du catalogue de la franchise – « Le bateau pirate », « Carbon Copy » et « Karma Project : opération Fournaise » –, mais aussi une création maison que nous avons pu jouer : « Karma Project : protocole Bory ».

Le scénario

« Chers agents, la station Karma n’a finalement pas été détruite lors de votre précédente mission ! Les gardiens du temps et nous-mêmes avons minimisé la solidité de cette construction, elle a bel et bien résisté à la violente éruption volcanique du 24 mars 1977 ! Malheureusement, les gardiens du temps se sont rendus compte de nos agissements et du vol du brouilleur temporel effectué lors de votre mission opération Fournaise. Ils ont finalement réussi à identifier notre agent double, J. Leroy, vous souvenez-vous de lui ?

Ce dernier avait été envoyé peu de temps avant votre précédente mission afin d’infiltrer la station en se faisant passer pour une nouvelle recrue. Depuis, nous n'avons malheureusement plus de nouvelles de lui... C’est l'un de nos meilleurs agents et il détient des informations capitales sur les gardiens du temps, leur organisation et leurs plans machiavéliques. Vous allez donc devoir infiltrer de nouveau la station Karma et tenter de récupérer un maximum d'informations au sujet de nos pires ennemis en moins d’une heure ! »

L’impression d’être dans un petit bunker

« Ce jeu fait office de suite à “Karma Project : opération Fournaise” et se déroule dans la même station », prévient l’enseigne sur son site web. En revanche, aucune énigme n’est commune aux deux épisodes. Ainsi, deux cas de figure se présenteront : soit vous utiliserez des éléments qui ne servent pas dans le premier opus, soit vous ferez face aux mêmes mécanismes mais devrez les utiliser différemment. Une fois la partie lancée, on oublie vite que la salle est en mesure d’accueillir deux intrigues car les deux jeux ont été intelligemment pensés pour qu’ils ne se télescopent jamais. Prizoners conseille d’avoir testé « Opération Fournaise » avant « Protocole Bory », ce que l’on comprend ; cela dit, vous ne serez en rien pénalisé si vous découvrez les scénarios dans l’ordre antichronologique.

Nous voilà donc de retour dans la station Karma pour ce second volet ! Lorsque cela est possible, les enseignes Prizoners donnent une couleur locale à leurs scénarios, ce qui est le cas ici : cette base est enfouie au sein du piton de la Fournaise. L’aventure démarre donc logiquement dans une immense machine, à mi-chemin entre une navette et un ascenseur, qui s’apprête à nous mener loin sous terre, au cœur du célèbre volcan réunionnais.

La station Karma n’usurpe pas son statut de base de recherches… Son agencement ainsi que l’atmosphère qui y règne véhiculent l’impression d’être dans un petit bunker. Ce qu’elle renferme va également dans ce sens : on repère rapidement quelques machines assez imposantes. Si vous aimez configurer, appuyer, switcher, programmer, vous serez ici à vos aises ! Un bémol concernant les énigmes qui impliquent ces bécanes : deux d’entre elles manquent malheureusement d’intuitivité et reposent avant tout sur la probabilité que l’un des joueurs se rende compte d’un précieux détail, ce qu’il est impossible de garantir. À noter cependant que depuis notre test, l’enseigne a effectué une modification sur l’une de ces deux étapes, qui va selon nous dans le bon sens.

De bonnes idées insufflant rythme et surprises

« Karma Project : protocole Bory » compte peu de cadenas et ses casse-têtes ne sont pas toujours linéaires : à plusieurs reprises, des actions sont à mener en parallèle, ce qui permet éventuellement de se répartir les tâches. Les énigmes sont globalement diverses et variées, même si on a le sentiment, surtout au milieu du jeu, qu’elles manquent un peu de liant entre elles, que l’on passe d’atelier en atelier sans que les étapes ne soient réellement crédibles au vu du contexte. Un bel effort général d’intégration au scénario a en revanche été effectué par l’intermédiaire d’un objet dont on conseille de ne jamais vous séparer. Pour être efficace, vous devrez en effet sans cesse vous référer à cet indispensable outil que certains pourraient trouver un peu rébarbatif : l’un de vos équipiers ne devra pas avoir peur de se lancer dans un peu de lecture !

Lorsque l’on laisse de côté ces caractéristiques globales et que l’on se penche en détails sur son jeu, on constate que « Karma Project : protocole Bory » est la somme de pas mal de bonnes idées qui lui insufflent du rythme et des surprises :

  • Lors du briefing introductif, vous prendrez connaissance d’un objectif principal mais aussi de l’existence de quelques quêtes annexes permettant de gagner des points. Car à l’issue de votre partie, en plus d’avoir réussi la mission en moins de 70 minutes – ou pas –, vous obtiendrez un score dépendant de plusieurs facteurs. Une super initiative qui pourra cependant être source de frustration pour une raison simple : une fois le but premier atteint, et alors qu’on ne sait pas vraiment quelle action va déclencher ce succès, même s’il vous reste du temps il ne sera malheureusement plus possible de vous pencher sur les quêtes secondaires.
  • Toute votre partie sera rythmée par une action renvoyant directement à une série télé mythique qui fait parfaitement écho à l’ambiance de « Karma Project : protocole Bory ». Cette manipulation devra être effectuée sur une machine qui est par ailleurs utilisée de manière très régulière, intéressante, amusante et satisfaisante.
  • Attendez-vous à un rebondissement inattendu et immersif ! Cette trouvaille change la dynamique de la fin du jeu. Un autre twist est également au programme : il déclenche une séquence asymétrique forçant la collaboration entre équipiers, un bon point.

Proposer aux joueurs de venir refouler le sol d’une salle qu’ils connaissent déjà est un parti-pris original et osé. En jonglant avec toutes les contraintes que ce choix impose, Prizoners Saint-Pierre s’en sort très honorablement. Une fois dans la station Karma, ce sont vos capacités d’infiltration qui seront mises à l’épreuve : fouillez, analysez et déverrouillez pour récolter le plus d’informations possible… Bonne chance !

Mélanie Vives par Mélanie Vives